Les rubriques culinaires de KEGIN&CO

Allergies et évolution de l’agriculture

 

 

 

 

 

Depuis une bonne dizaine d’années, on peut noter une évolution des comportements alimentaires en France et en Europe notamment.

Dans un premier cas, on peut constater la constante augmentation et la diversification des produits industriels, cherchant toujours plus de goût, de texture, mais aussi de stabilité et surtout une production à moindre coût pour plus de rentabilité.
Prenons l’exemple des céréales, le blé, étant le roi du traficotage en tout genre, afin d’augmenter toujours plus son rendement.
Le volume intéressant beaucoup les industriels, la sélection et la standardisation de celui-ci, fait d’ores et déjà de notre blé, un blé pauvre en nutriment, mais toujours plus riche en gluten pour plus de « force », une fois réduit en farine.
On dit d’un blé « fort » qu’il se tiendra sans trop d’effort une fois réduit en farine et mélangé à de l’eau, c’est pour ainsi dire sa propriété élastique, obtenue grâce à sa richesse en gluten.

Le pain étant le parfait exemple de cette régression, car même si non produisons plus de blé en quantité, celui est devenu pauvre au fil des années à cause d’une sélection trop exigeante.

Remontons 1 siècle en arrière, l’époque ou le pain, élément essentiel à l’alimentation
Les blés qui le composaient étaient d’une richesse telle, qu’un homme pouvait se nourrir uniquement de pain pendant plusieurs semaine, sans tomber malade ou faire d’indigestion car ceux ci (blés anciens) étant pauvre en gluten, appelé aujourd’hui blé « faible » à tort.

Certes, ils demandent plus de pétrissage, mais ces blés sont capables de se tenir avec de la méthode et du travail, mais cette image ne correspond pas au critère des industriels qui veulent toujours réduire leurs coûts tout en augmentant leur production.

De nos jours, le pain n’est plus qu’un accompagnement, un support.

Aujourd’hui certains défendent, mieux, ils remettent en avant une agriculture, loin des hautes productions, que seul l’argent intéresse et qui appauvrisse sols et populations, soutenus par les lobbyistes semenciers

Un combat est engagé depuis plusieurs années, afin de réintégrer des semences oubliées dans le « circuit de production ».

Les blés, mais aussi les légumes ou encore les fruits, ont heureusement leurs défenseurs, il en est de même que pour les animaux.

« La diversité, c’est la richesse »

Faisons maintenant un lien entre ces méthodes de production et ces « allergies à la mode ».
C’est une réalité les pâtes, biscuits, pains, etc. Les blés trop riches en gluten pour nos estomacs.
Mais notons une différence entre intolérant et allergique. L’allergie est une maladie, la maladie de cœliaque. (4 personnes sur 1000 )
Ne mettons pas tous les blés dans le même moulin.

Vous connaissez sans doute cette marque que je qualifierais « d’industrielle-santé » qui vente les bienfaits du germe de blé.
Sachez alors qu’ils vous ont dupés, les blés anciens réduits en farine contiennent ce fameux germe riche en vitamine B et E, ainsi que des anti-oxydants, mais aussi un élément qui nous parle moins « l’assise protéique » riche en protéine et lipide.
Ceci sont systématiquement extraits de la farine si blanche que tout le monde connaît.
Ceux ci revendus à part bien sûr afin d’en dégager une marge alors que le blé entier le contient déjà, on peut donc dire que si vous voulez consommer un blé entier vous devrez le payer au moins 3 fois...

Alors si vous avez la chance d’avoir un meunier proche de chez vous ou des artisans qualifiés n’hésitez plus et soutenez les en faisant du bien à votre corps et votre esprit.

 

 

 

 

A la soupe !!!!

 

On pense souvent après une dure journée de travail en hiver, au plat chaud et riche qui nous attend à la maison, pourtant votre corps n'a pas besoin de plus de calorie l'Hiver que l'été, notre organisme étant capable de s'auto- thermoréguler, en s'activant il produit donc de la chaleur, en piochant dans le sucre ou encore les graisses dans un second temps.

Oubliez donc ce mythe ! " il fait froid, il faut  manger plus, ou plus riche"

Et oui cela s'applique même à ceux qui travaillent en extérieure.

Mais que cela ne vous empêche pas de profiter d'un bon repas chaud préparer pour vous.

 

 


Les sels

Rose de l'Himalaya, perle de Djibouti, noir d’Hawaï

Le sel rose de l'Himalaya doit sa qualité exceptionnelle notamment au fait qu’il a été préservé, dans le sein de la terre, de tous les méfaits de la pollution et des rejets toxiques. Riche en oligo-éléments, (plus de 80), notamment en fer, calcium et potassium, ce sel permet une bonne régénération du sang. Grâce à la structure extrêmement cristalline de ce sel, ces éléments et minéraux peuvent être directement assimilés par les cellules de l’organisme.

 

Les perles de Djibouti, Formé au cœur du lac Assal, ramassé tel quel sur ses abords, ce sel original et très esthétique fait partie des meilleurs et des plus purs sels du monde !

 

Le sel noir d'Hawaï, récolté par les artisans d'Hawaï, le sel noir d'Hawaï est enrichi en minéraux grâce à des roches de lave noire ajoutées à l'eau de mer des bassins. On adore ces petits grains de sel d'une grande finesse, au goût salé bien équilibré en bouche

La main de BOUDDHA

La main de Bouddha est un agrume à la forme particulière, d'où son nom est tiré. Ses pointes prenants une position de main Bouddhiste religieuse.

Originaire d' Inde il est de plus en plus apprécié des amateurs d'agrumes car sa chair douce, est consommable en salade, tout comme que ses zestes  aussi parfumés que les autres agrumes. Il sublimera vos tartes citrons meringuées, ainsi que vos salades de fruits.Disponible en épicerie exotique au alentours de 20€ pièces. 

le CHOCOLAT

Au lait, noir, blanc ou encore dulcey, le chocolat fait parti de ses aliments qui finissent toujours par nous séduire, ses propriétés aphrodisiaque et anti-stress ne sont plus à faire, contrairement au idée reçu le chocolat de "qualité" favorise l'élimination du cholestérol, grâce à l'acide stéarique contenu dans le beurre de cacao, autre intérêt nutritionnel, sa richesse en potassium, phosphore et magnésium en font un aliment "santé" sans nul doute.

 

Issu de la fève de cacao, le chocolat subit plusieurs traitement avant de finir sous son aspect commerciale:

mondé , torréfié , broyé, filtré  et bien d'autre son nécessaire à sublimation!

 

Vous savez maintenant que vous connaissez les biens-faits de vos œufs et poules de pâques, plus de stress à avoir après la récolte ! mais attention à la crise de foie !

La BOURRACHE

Fleur comestible bleue à la saveur iodée, adorée des pucerons, elle est depuis toujours l’amie du jardinier tant pour sa saveur, que ses qualités à repousser les limaces

 

Elle accompagne fort bien les fruits de mer et poissons

 

Mais peut aussi se retrouver au cœur des desserts

Sa haute teneur en acide gras entretien la jeunesse.

 

Maintenant adoptée par beaucoup de grande table Française elle surprendra vos papilles

 

Les fausses astuces de cuisine

On vous a tous appris à cuire vos pâtes dans une grande casserole d’eau bouillante salée avec “un petit filet d’huile d’olive” et bien ce fût parfaitement inutile, car l’eau et l’huile étant non miscible, l’huile n’empêchera donc jamais les pâtes de s’agglutiner, seul élément pour jouer en votre faveur, après cuisson y ajouter un “autre petit filet d’huile d’olive” ou pour les bretons, du beurre ;-) et surtout respecter les temps de cuisson.

Un des autres mythe de la cuisine, l’eau et les glaçons pour fixer la chlorophylle (vert) des légumes.
Il est certains que pour stopper la cuisson des aliments, l’idéal est de la placer dans une “glaçante” après cuisson afin de ne pas finir en compote, cependant le froid n’a jamais permis aux légumes verts de conserver leur couleur, si vous tenez à obtenir un légumes d’une couleur vive optez plutôt pour une cuisson dans l’eau gazeuse ou ajouter à votre eau plate de l’acide ascorbique ( vitamine c ) !

Écrire commentaire

Commentaires: 0